Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires L'amour est un don (24/04/2016)

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
86
Hier :
1039
Il y a 23 utilisateurs en ligne

 

Edito du 24 avril 2016

 

L'AMOUR N'EST PAS UNE PERFORMANCE, L'AMOUR EST UN DON

« Aimez-vous les uns les autres comme je vous aimés ».

J’ai quelques fois perçu cette parole de Jésus comme un défi à relever. Un peu comme si en bataillant dur, en fouettant ma volonté, en réprimant mon égoïsme, en me démenant comme un diable dans un bénitier, je pourrais devenir un héros de l’amour qui à force de lutter contre lui-même atteindrait un jour avec satisfaction le degré d’amour de Jésus. J’ai quelques fois perçu cette parole de Jésus comme une invitation à être un professionnel de l’amour qui doit obéir à une règle, qui doit aimer coûte que coûte pour « gagner sa vie », pour être la fierté de son Créateur comme si l’amour était un devoir, une obligation. J’ai quelques fois perçu cette parole de Jésus comme un stimulant qui me poussait à dépasser avec violence mes limites pour aimer forcément ceux que je n’arrivais pas à aimer naturellement. Ce volontarisme de l’amour m’a finalement appris qu’on pouvait sombrer sans se rendre compte dans des caricatures insupportables de l’amour qu’on invente parfois pour se donner bonne conscience, dans ces amours tronquées où on s’efforce d’aimer l’autre en nous disant : « il faut que je l’aime », dans ces amours de façade où il faut à tout prix donner l’impression qu’on aime. Tout ceci m’est apparu si épuisant, si culpabilisant, si démentiel et si superficiel que j’ai sombré dans le défaitisme de l’amour.

Et puis un jour, j’ai découvert Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus. C’est elle qui m’appris que la nouveauté de ce commandement résidait principalement dans le fait que désormais la course de l’amour devrait d’abord se diriger vers la source de l’Amour, qu’il fallait en toute confiance, dans la patience et la simplicité se laisser porter par le courant de cette source. "Ah ! Seigneur, disait-elle, je sais que tu ne me commandes rien d'impossible. Tu connais mieux que moi ma faiblesse, mon imperfection, tu sais bien que jamais je ne pourrai aimer mes soeurs comme tu les aimes, si toi-même, ô mon Jésus, ne les aimes encore en moi. C'est parce que tu veux m'accorder cette grâce que tu as fait un commandement nouveau pour que je l'aime puisqu'il me donne l'assurance que ta volonté est d'aimer en moi tous ceux que tu me commandes d'aimer. Oui je le sens, lorsque je suis charitable c'est Jésus seul qui agit en moi. Plus je suis unie à Lui, plus aussi j'aime toutes mes soeurs." Pour aimer rien ne sert de courir après l’amour, il faut juste régulièrement se rendre à la source. Je sais que ce n’est pas toujours si simple, mais au moins ça aide à avancer en toute sérénité. Car l’amour n’est pas une performance, il est d’abord un don à recevoir de Celui qui, pour que nous aimions comme comme il aime, vient lui-même aimer en nous.

Père Emmanuel Boulon