Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires La Toussaint et le jour des morts (24/10/2010)

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
231
Hier :
798
Il y a 24 utilisateurs en ligne
La Toussaint et le jour des morts (24/10/2010)

 

En ces temps d’automne où les cimetières vont refleurir, où nos cœurs s’émeuvent plus fort en évoquant nos proches disparus, et à l’approche de cette commémoration des défunts décidée par l’Eglise il y a quelque 11 siècles, nous avons besoin de communier dans un même esprit pour évoquer nos morts et pour nous en rapprocher. Pour avancer aussi sur les chemins de l’espérance chrétienne de la résurrection, sur les traces de tous les saints connus et inconnus, entrés déjà dans la gloire de Dieu, et qui nous ont précédés dans la foi.

Les saints par leur exemple nous indiquent le chemin vers la sainteté, à laquelle nous sommes tous appelés. Ils demeurent attentifs à notre vie. Nous les prions aussi pour nos défunts, afin qu’ils leur accordent leur soutien fraternel pour entrer dans la gloire de Dieu offerte à tous.

« La communion des saints s’exerce entre les vivants, se vit avec les saints et s’étend aux défunts,… » nous dit une théologienne. La Communion des Saints que nous célébrons tout particulièrement lors de la fête de la Toussaint et du jour des morts trouve en Dieu sa source et cultive en nous l’Espérance. Ce lien de solidarité entre les vivants et les morts est une véritable communion d’amour dans le Christ qui nous permet de demeurer en union avec ceux dont nous sommes séparés physiquement mais dont nous nous rapprochons spirituellement dans le Christ, et que nous retrouverons un jour, dans ce «commencement perpétuel qu’est la vie céleste ».

Puissions-nous être habités par la confiance de cet enfant en visite au cimetière, expliquant à son petit frère : « tu vois, c’est là qu’on plante les grands-pères quand ils sont morts. Après, ils poussent jusqu’au ciel. Mais ça, on ne le voit pas. Juste, on le sait ! »

Françoise Thévenard de l’équipe funérailles St Christophe.