Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires Editorial (29/01/2017)

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
144
Hier :
784
Il y a 12 utilisateurs en ligne

 

Edito du 29 janvier 2017

Les hommes de la Bible ont un langage bien particulier sur la sagesse. Il y a sagesse et sagesse. Ce qui semble raisonnable aux yeux des hommes est bien loin du projet de Dieu et, inversement, ce qui est sage aux yeux de Dieu pourra sembler déraisonnable aux hommes. Si on y réfléchit c'est normal car notre sagesse est une logique de raisonnement ; alors que la sagesse de Dieu est la logique de l'amour ; on sait bien que « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas ».
Dieu est le Tout-Autre : avec lui, on dirait que tout notre système de valeurs est inversé : ce que nous appelons richesse, sagesse, force, n'est rien aux yeux de Dieu.
Non seulement Dieu ne se conforme pas à notre hiérarchie des valeurs, mais on a bien l'impression qu'il fait juste l'inverse ! Bien souvent, dans l'histoire de l'Alliance Dieu a porté son choix sur les plus petits : pensez à David ; parmi les huit fils de Jessé, Dieu avait choisi le plus jeune, le plus petit, celui qui était sans importance, tellement sans importance qu'on n'avait même pas pensé à le présenter au prophète Samuel.
Deuxième point, la vraie Sagesse qui est celle de Dieu ne peut être que don de Dieu. Tout ce que nous pouvons savoir de Lui, dire de Lui, c'est par révélation.
Dans le début de la lettre aux Corinthiens, Paul leur avait dit : « Je rends grâce à Dieu sans cesse à votre sujet, pour la grâce de Dieu qui vous a été donnée ...».
Pour Paul, cette connaissance de Dieu qui nous a été donnée par grâce ne doit pas être une occasion de nous vanter : ce serait justement contraire à la sagesse ! Les dons de Dieu ne sont pas une cause d'orgueil personnel, mais d'action de grâce!
Le texte d'aujourd'hui apparaît bien comme l'application à la communauté de Corinthe de ces choix surprenants de Dieu. Paul invite les Corinthiens à se regarder avec réalisme : humainement parlant, rien ne les désignait pour recevoir un appel de Dieu... Ils ne sont ni savants, ni puissants, ni nobles aux yeux du monde, mais un ramassis de tout-venants qui ne seraient rien si la puissance de Dieu n'en faisait pas son Eglise. Dieu crée le monde nouveau de toutes pièces.
Corinthe, c'est l'illustration vivante de l'initiative inouïe de Dieu qui recrée le monde selon ses propres chemins, bousculant les données habituelles des sociétés humaines. Il n'est plus question de « se glorifier devant Dieu » mais de rendre Gloire à Dieu pour tant d'amour pour les hommes.

Père Luc Biquez