Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires Edito (05/06/2016)

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
77
Hier :
1039
Il y a 26 utilisateurs en ligne

 

Edito du 5 juin 2016

 

La faiblesse de la compassion est la mère de la force de la vie

Deux personnages noyés au cœur de foules immenses cheminant en sens inverses. Une rencontre imprévisible entre deux personnes qui ne se connaissent pas. Une souffrance indicible qui ne demande rien. Et voilà Jésus ému jusqu'aux entrailles, profondément touché, intérieurement bouleversé, instantanément interpellé par le deuil d'une veuve qui pleure son fils unique. Nulle place ici pour une logique de calcul ou d'intérêt mais le débordement de la gratuité de la grâce, l'authenticité et la densité d'un déchirement intérieur qui répond à la pesanteur de la douleur d'une femme, d'une mère, d'une veuve, d'une passante. Comment Jésus aurait-il pu rester fort, impassible, indifférent devant cette mère qui tient déjà dans son cœur la place de sa propre mère ?

Face aux pleurs de cette pauvre veuve qui perd tout en perdant son fils unique, Jésus est lui-même mis dans une situation de faiblesse, de vulnérabilité qui se déploie en une force d'âme, en une capacité d'attention, de tendresse et de sollicitude pour l'autre. Il consent à se laisser atteindre, à se laisser ébranler au plus profond de ses entrailles pour voir se libérer en lui une énergie surnaturelle de Vie qui rend la vie à celui qui l'avait perdu. Il se laisse toucher pour voir jaillir de lui un souffle puissant de bonté qui rend à une mère le fils unique qu'elle avait perdu. Chaque fois que Jésus est touché jusqu'aux entrailles, qu'il est pris de pitié dans l'Évangile alors se déploie en lui une puissance de vie et d'action incommensurable.

Oui, la faiblesse de la compassion spontanée de Jésus est l'écrin de sa puissance de Vie. Il faut quelques fois accepter d'être atteignable, d'être vulnérable, d'être « touchable », jusqu'au-delà de nos propres intérêts, pour que s'exprime pleinement en nous la force de la générosité, la force de la Vie.

Père Emmanuel Boulon