Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires Edito (04/10/2015)

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
233
Hier :
798
Il y a 23 utilisateurs en ligne

 

Edito du 4 octobre 2015

Notre seconde lecture se présente comme un petit résumé du credo chrétien.

Commençons par le premier point : nous disons que Jésus est à la fois homme et Dieu, en oubliant peut-être que c'était proprement impensable, scandaleux même pour les hommes du premier siècle !

C'est le sens de la dernière phrase : « Jésus qui sanctifie et les hommes qui sont sanctifiés doivent avoir la même origine ». Dire « Jésus sanctifie » revient à dire qu'il est Dieu.

C'est tout le mystère de l'Incarnation : Dieu est tellement proche de l'homme qu'il s'est fait homme lui-même en Jésus. « Jésus qui sanctifie et les hommes qui sont sanctifiés sont de la même race ». L'abîme entre Dieu et l'humanité est définitivement comblé ; c'est cela qu'on appelle le salut.

Et voilà le deuxième point : pour les chrétiens, Jésus est bien le messie, le sauveur que nous attendions. Car il est celui qui fait entrer l'humanité dans la gloire et l’honneur qui sont sa vocation. Comment est-il ce Messie ? Ce sauveur attendu ?

La réponse, les textes la donnent chacun à leur manière, on peut l'exprimer ainsi : l'humanité sera sauvée quand elle connaîtra pleinement son Dieu et pourra entrer en dialogue avec lui. Pour que l'humanité connaisse pleinement son Dieu, il faut qu'elle sache qu'il est amour. Et la plus grande preuve d'amour, c'est de donner sa vie pour ceux qu'on aime. Alors oui, la révélation de Dieu passait par la croix.

Pour l'auteur de la lettre aux Hébreux une question restait sans réponse : vous dites que Jésus de Nazareth est le Messie, comment peut-il être Messie, lui qui n'était pas prêtre ? Or, une chose est sûre, Jésus était un laïc. Dans ce contexte, son objectif est de démontrer que Jésus est prêtre à sa manière, et qu'il l'est même de la seule manière valable !

Vous dites que Jésus n'a pas été ordonné prêtre ? Si, répond-il : c'est sa mort sur la croix qui a été son intronisation comme prêtre.

La perfection du Christ, ce ne sont ni la souffrance ni la croix pour elles-mêmes, c'est son amour universel qui lui fait partager la condition de tout homme. La croix ne sépare pas le Christ des autres hommes, au contraire, elle traduit sa parfaite solidarité avec eux.

Père Luc Biquez