Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires C'est un païen, il n'est pas des nôtres (06/05/2018)

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
132
Hier :
688
Il y a 18 utilisateurs en ligne

 

Editorial du 6 mai 2018

C'est un païen, il n'est pas des nôtres

Il nous est peut-être arrivé un jour d’entendre ce jugement, méprisant pour des non-croyants, de la part de chrétiens « inquisiteurs ». Au temps de Jésus chez les juifs, ces « fanatiques » s’appelèrent pharisiens et même « pharisiens hypocrites », comme disait Jésus luimême. Chez eux, on croyait comme eux, ou on était rien.

L’Apôtre Pierre, après le départ du Christ, a compris qu’un certain Corneille, centurion romain, venu parler avec lui, bien que païen, était en fait un être très respectueux envers les juifs dont il était occupant… Admiratif, Pierre dit : « Dieu est impartial : il accueille, quelle que soit la Nation, celui dont les oeuvres sont justes. » Pierre parlait encore quand l’Esprit Saint descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole. Les croyants, juifs d’origine, furent stupéfaits de voir que, même sur les nations païennes, le don de L’Esprit Saint avait été répandu.

Vous et moi, nous avons de bons amis non-croyants plein de bonté et d’amitié. Et voilà que Jean dans sa lettre, vient nous dire que « Celui qui aime connait Dieu » et que « Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour. ». Jésus, dans l’Evangile de ce jour, dit, lui-aussi, carrément, aux juifs et à tout homme un message incroyablement ouvert :
« Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés…
Pour que votre joie soit parfaite,
je vous dis qu’il n’y a pas de plus grand amour
que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.
Allez porter du fruit
et que votre fruit demeure, en vous aimant les uns les autres. »

Au fond, si je crois sans aimer, c’est nul.
si j’aime sans croire, c’est déjà bien.
si je crois et aime, c’est super.

Père Jean-Claude Brétéché