Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires Celui qui crie vers Dieu (20/03/2016)

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
561
Hier :
738
Il y a 28 utilisateurs en ligne

 

Edito du 20 mars 2016

 

CELUI QUI CRIE VERS DIEU

Une fois n’est pas coutume, regardons le psaume de ce dimanche. Mais regardons-le jusqu’au bout.

Celui qui crie "Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" dans le premier verset, rend grâce, quelques versets plus bas, pour le salut accordé. Non seulement, il n'est pas mort, mais il remercie Dieu justement de ne pas l'avoir abandonné.

Dans ce psaume 21, composé au retour de l’Exil à Babylone, Israël est comparé à un condamné qui a bien failli, le condamné a subi les outrages, l'humiliation, les clous, l'abandon aux mains des bourreaux...et puis, miraculeusement, il en a réchappé, il n'est pas mort. Traduisez : Israël est rentré d'Exil. Et, désormais, il se laisse aller à sa joie et il la dit à tous, il la crie encore plus fort qu'il n'a crié sa détresse.

Au passage, nous voilà éclairés sur notre propre prière quand nous sommes dans la souffrance quelle qu'elle soit : nous avons le droit de crier, la Bible nous y invite.

Au fond, ce psaume est l'équivalent de nos ex-voto : au milieu d'un grand danger, on a prié et on a fait un vœu ; du genre "Si j'en réchappe, j'offrirai un ex-voto à tel ou tel saint" ; (le mot "ex-voto" veut dire justement "à la suite d'un vœu").

Notre psaume 21 ressemble exactement à ça : il dit la détresse du peuple d'Israël, le sentiment d'impuissance devant l'épreuve ; il dit la prière de supplication : "Mon Dieu, Mon Dieu, pourquoi m'as-tu abandonné ?" Mais il dit encore plus l'action de grâce de celui qui reconnaît devoir à Dieu seul son salut. "Tu m'as répondu ! Et je proclame ton nom devant mes frères... Je te loue en pleine assemblée. Vous qui le craignez, louez le Seigneur !" Et les derniers versets du psaume ne sont qu'un cri de reconnaissance ; malheureusement, nous ne les chanterons pas pendant la messe de ce dimanche des Rameaux ... peut-être parce que nous sommes censés les connaître par cœur ? : "Les pauvres mangeront, ils seront rassasiés ; ils loueront le Seigneur, ceux qui le cherchent. A vous toujours, la vie et la joie ! La terre se souviendra et reviendra vers le Seigneur, chaque famille de nations se prosternera devant lui... Moi, je vis pour lui, ma descendance le servira. On annoncera le Seigneur aux générations à venir. On proclamera sa justice au peuple qui va naître : Voilà son œuvre ! "

Père Luc Biquez