Paroisses-VDS

Accueil Archives Editos hebdomadaires 3ème dimanche de l'Avent 2013

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
229
Hier :
798
Il y a 27 utilisateurs en ligne

 

 

Editorial du dimanche 15 décembre 2013

 

 

Quelques mots de notre première lecture pourraient nous faire frémir : « Voici votre Dieu, c'est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Mais si nous reprenons toute la phrase nous voyons qu’elle est, en fait une promesse : « Prenez courage, ne craignez pas. Voici votre Dieu : c'est la vengeance qui vient, la revanche de Dieu. Il vient lui-même et va vous sauver. »

Clairement, l’expression "vengeance de Dieu" est non un épouvantail mais une promesse de salut.

Il a fallu bien des étapes et bien des siècles pour qu'on découvre le vrai visage de Dieu, un Dieu tout autre que nous, un Dieu qui ne veut qu’une seule chose, le salut de tous les hommes.

Quand Isaïe écrit le texte de ce dimanche, le salut auquel aspirent ses contemporains, c’est le retour au pays; ils ont vécu le siège de Jérusalem; et maintenant, l’exil n’en finit pas ! Cinquante années, de quoi perdre courage. Pendant ces cinquante années, on a rêvé de ce retour, sans oser y croire. Et voilà que le prophète dit "c'est pour bientôt" : "Ils reviendront les captifs rachetés par le Seigneur, ils arriveront à Jérusalem dans une clameur de joie".

Pour rentrer au pays, le chemin le plus direct entre Babylone et Jérusalem traverse le désert d'Arabie; et cette traversée du désert, Isaïe la décrit comme une véritable marche triomphale..: le désert se réjouira, le pays aride exultera et criera de joie.

"Ils reviendront les captifs rachetés par le Seigneur" est à entendre à deux niveaux : ils reviendront au pays, d'abord, mais, plus profondément, ils reviendront vers leur Dieu ; ce retour est surtout réconciliation avec Dieu, rentrée dans l'Alliance.

Et tout cela sera l'œuvre de Dieu. Isaïe fait allusion à une pratique prévue par la Loi juive, la coutume du "rachat" : lorsqu'un débiteur était obligé de vendre sa maison ou son champ pour payer ses dettes, son plus proche parent payait le créancier à sa place et le débiteur gardait donc sa propriété.

Le mot "rédemption" signifie "libération par celui qui est votre plus proche parent". Quand Isaïe parle de la "vengeance de Dieu", cela veut donc dire : "Dieu est votre plus proche parent, il vous aime plus que tout être au monde, et, quelle que soit l'humiliation physique ou morale que vous ayez subie, il vient pour vous libérer, pour vous relever".

Luc Biquez