Paroisses-VDS

Accueil Archives Toutes les actus père jean latreille

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
290
Hier :
0
Il y a 18 utilisateurs en ligne

Père Jean Latreille

Comme nous vous l'avions annoncé lors de son décès, survenu le 19 juillet dernier, nous publions ici le texte paru dans Eglise à Lyon de ce mois de septembre.

pere_latreille

Le père jean Latreille est né à Chamalières le 10 février 1926. Il a été ordonné prêtre le 28 juin 1954.Il a été vicaire à ste Jeanne d'Arc à Vénissieux en 1955, puis aumônier de l'INSA en 1957 et aumônier diocésain des étudiants en 1964. Il a été ensuite chargé du centre pastoral de la Part-Dieu en en 1972 et recteur de st Bonaventure de 1986 à 1990 . De 1990 à 1994 il a été au service de st Joseph des Brotteaux et de la Cité Internationale. Il a ensuité été au service d'Ecully en 1994 et de la Croisade des Aveugles en 1995.  Curé de Champagne de 1997 à 2006, il s'est retiré en 2006. Il est décédé le  le 19 juillet 2015.

Pour lui, quelques mots d'un ami, d'un AdMirateur....

Ne pas manquer d'abord d'évoquer sa famille : elle a beaucoup compté pour lui, elle a eu bonne place dans la société française (combien d'agrégés entre le père et les frères et soeurs !).

En ce qui le concerne personnellement, curieusement, j'ai pu noter une certaine dépréciation de lui-même. Et pourtant ... je me permets, qu'il me pardonne, une certaine "litanie des saints". Car quelle richesse de minsitère !

A côté du classique (paroisses de Parillly, Ecully, st Joseph des Brotteaux et Champagne au Mont d'Or, du "non-ordinaire" : aumônier de l'INSA, recteur de st Bonavanetuure, et l'innovation en quelque sorte : le CCO à Villeurbanne, SOS Amitié, Mains Ouvertes. Certains de ces postes (et la Croisade des Aveugles) s'expliquent par son entrée inattendue dans le monde des malvoyants. On peut dire que Mains Ouvertes a été son "enfant chéri" : replongeant peut-être dans son appartenance plus ancienne à la JEC, il a honoré dans cette fondation les dimensions oecuménique et inter religieuse.

Au départ de quelqu'un, on est visité par la peine, la souffrance ; en perspective chrétienne, on s'ouvre à l'espérance. D'où les trois citations de l'Ecriture avec lesquelles s'est terminée l'homélie de ses funérailles : "les souffrances de ce temps sont sans proportion avec la gloire qui doit se révéler un jour. " " je pars vous préparer une place" "Nous lui serons semblables parce que nous le verrons tel qu'il est."

P. Jean Voisin