Paroisses-VDS

Accueil Archives Toutes les actus Historique Orgue de Neuville

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
290
Hier :
0
Il y a 16 utilisateurs en ligne

ASSOCIATION DES AMIS DE L’ORGUE DE NEUVILLE SUR SAONE

SON SLOGAN :orgue_avant_rfection_glise

« Orgue rénové, Musique retrouvée,

Patrimoine sauvé, Joie partagée »

 

HISTORIQUE   SYNTHETIQUE DE  L’ORGUE

Jusqu’en 1845 il n’y a pas d’orgue dans l’église de Neuville sur Saône. C’est à cette date que le Père Galland soutenu par son Conseil de Fabrique achète un orgue dont la provenance semble être celle du Couvent de Cordeliers à Lyon.

La conception de l’église  ne permet  le placement  de  l’orgue  que dans la partie nord et haute du faux transept car la tribune n’existe pas encore. Il sera sous l’horloge, dont la  chute du poids entraînera l’effondrement de la voûte et la mort de l’orgue.

A cette époque l’église a sa façade ancienne avec sa grande rosace plein ouest qui baigne et réchauffe l’église de la lumière du soleil couchant. L’église construite par Camille de Neuville en 1677, a été conçue avec une nef coupée en deux par la table de communion dont la partie « Est » est  destinée avec ses stalles aux officiants, moines, sœurs, et enfants de chœur, certainement nombreux.  Le public ne dispose que de peu de sièges (prie- Dieu), et se tenait certainement debout et sans siège jusqu’au début du XIXème siècle.

Lorsque la façade de l’église est transformée en 1894, on ferme la moitié de la rosace et la tribune est construite pour donner plus de place assise à un public qui n’occupe toujours pas la deuxième partie  de la nef. Cette tribune légère repose sur le tambour d’entrée et sur deux fins piliers de fonte.

Une photo  de l’intérieur  de l’église prise de la tribune avant 1933, car l’orgue n’est pas dans le faux transept, nous signale toujours la présence de la table de communion et de la barrière du chœur mais l’installation nouvelle de bancs  entre les stalles.

Lorsque l’orgue est reconstruit en 1933, il le sera au même emplacement que celui de 1845 car la tribune trop fragile ne supporte pas le poids de l’instrument (de l’ordre de 5 tonnes).

Le premier chauffage de l’église  sera installé sous le faux transept à côté des boiseries ; le second chauffage sera également installé sous le faux transept à côté des stalles et des boiseries. Le chauffage proche sera  néfaste à la pérennité de l’orgue. La conception de l’instrument (technique électromagnétique) s’est fragilisée avec le temps  et demande  des réparations récurrentes. L’orgue s’est finalement complètement dégradé par défaut d’entretien régulier dans les 30 dernières années.

L’orgue actuel ne peut servir un bon accompagnement liturgique. L’orgue actuel n’est pas adapté pour une programmation culturelle : concerts, auditions avec instruments ou choristes. L’orgue actuel  n’as pas les qualités indispensables  pour dispenser un véritable enseignement et créer des classes d’orgue.

C’est pourquoi les experts ont donné un avis unanime  et défavorable à tous travaux de remise en état.

Les experts ayant donné un avis défavorable à tous travaux de remise en état de l’orgue actuel, l’Association des Amis de l’Orgue créée le 7 novembre 2011 s’est engagée dans le projet de reconstruction de l’instrument. La reconstruction de l’orgue apparaît comme la suite et fin  logique de la restauration totale de l’église entreprise depuis 12 ans par la municipalité, ce sera le véritable « point d’orgue » de cet effort de longue haleine.

Au sein du conseil d’administration de l’Association, diverses commissions ont été créées, dont la commission technique, composée de 3 organistes confirmés connaissant la facture d’orgue, de l’expert assistant au maître d’ouvrage choisi par la mairie, d’un représentant du propriétaire et du président de l’Association. Cette commission active  a visité de nombreuses orgues à travers toute la France et plusieurs ateliers de facteurs d’orgue pour comprendre pleinement  les nuances dans la construction de l’instrument.

La  commission technique  aidée par d’autres talents de l’Association a rédigé un mémoire (plaidoyer) qui présente l’orgue actuel dans son environnement et son  projet de reconstruction. Ce plaidoyer a été présenté aux décideurs (mairie, paroisse et prêtre), aux élus, et à toutes les personnes susceptibles  d’apporter leur compétence.

La municipalité a autorisé l’association à poursuivre son projet d’étude par un vote à l’unanimité le 28 février 2013, la paroisse l’avait fait auparavant. La même unanimité s’est faite pour voter l’engagement financier le 27 février 2014, en accord avec la paroisse.

Le projet s’est précisé : l’orgue sera installé sur la tribune renforcée à cet effet, éloigné des bouches de chauffage néfastes ; il sera de l’importance de l’orgue initial. Il sera placé dans un buffet d’esthétique  contemporaine selon le souhait des Bâtiments de France, et sa transmission de  grande qualité et fiabilité sera mécanique.

L’orgue pourra ainsi donner sa pleine mesure grâce à l’excellente qualité acoustique de l’église.

Il embellira les offices en association avec tous les musiciens disponibles,  les animateurs de chants liturgiques et toutes les bonnes volontés ; il permettra aux organistes de jouer enfin une large partie du répertoire, il sera au cœur  de l’organisation de concerts avec des ensembles musicaux, des choristes. Il favorisera l’éclosion de nouveaux talents par l’enseignement.

L’orgue de l’église de Notre-Dame de l’Assomption sera une œuvre d’art complémentaire aux  orgues de la région.

Mais avant d’en arriver là, il reste encore quelques années (trois ou quatre), pour choisir l’artiste constructeur (facteur d’orgues), réaliser l’instrument et …. trouver les fonds qui manquent par une souscription publique.

A suivre …..

Christian Théron, Président des A mis de l’Orgue

 Orgue_de_Neuville