Paroisses-VDS

Accueil Actu lettre CCFD juillet 2017

Zoom du jour...

Nombre de visites

Aujourd'hui :
513
Hier :
585
Il y a 10 utilisateurs en ligne

la lettre du CCFD pour le mois de juillet

Un Conte

Nous désirons vous faire partager le conte de la cruche fissurée. Ce conte nous a été proposé à Lourdes lors d'un temps de relecture de notre journée.la_cruche_qui_perd_de_leau

" Un vendeur d'eau se rend chaque matin à la rivière, remplit ses 2 cruches et part à la ville distribuer l'eau à ses clients. Fissurée, une des cruches perd son eau, l'autre rapporte plus d'argent. La pauvre fissurée se sent inférieure.

Un matin, elle décide de se confier à son patron:

- Tu sais, je suis consciente de mes limites. Tu perds de l'argent à cause de moi car je suis à moitié vide quand nous arrivons en ville. Pardonne mes faiblesses.

Le lendemain, en route vers la rivière, le patron interpelle sa cruche fissurée:

- Regarde sur le bord de la route!

- C'est joli et plein de fleurs!

- C'est grâce à toi, réplique le patron. C'est toi qui chaque matin arroses le bas côté de la route......"

Nous sommes parfois cette cruche neuve qui rapporte beaucoup et nous voyons bien le fruit de ce travail dans ce journal : le bilan de la commission scolaire, le début du travail avec le CMR sur la sécurité alimentaire, tout ce qui s'est vécu avec l'équipe plaidoyer. Et déjà d'autres chantiers sont ouverts : les vacances engagées, la journée sur la Palestine, le forum eau/bien commun et bien d'autres actions.

Mais nous sommes aussi parfois la cruche percée et nous ne savons pas voir les fleurs que nous avons arrosées. D'autres réalisations ont échappé à notre regard.

Alors que la vie du CCFD va être un peu en sommeil pendant 2 mois et que nous allons en profiter pour prendre un peu de repos, des temps de loisirs, continuons à être attentifs à ce qui se vit autour de nous. Pensons à ce que nous a dit notre partenaire Francis sur notre façon de "consommer" du tourisme. Demandons-nous à qui profite l'argent de ce que je consomme. Je pense aussi à tous les grands- parents qui vont accueillir leurs petits-enfants, sachons leur transmettre nos convictions.

Le conte se terminait ainsi: "Ne l'oublie jamais: nous sommes tous un peu fissurés mais Dieu, si nous lui demandons, sait faire des merveilles avec nos faiblesses.

Alors bon été !!!